Bilan Lectures 2019

Bilan

  • Livres lus : 21
  • Nouveau coups de cœur 💜 : 4
  • Meilleure lecture : La maison dans laquelle – Mariam Petrosyan
  • Pire lecture : Close to home – Cara Hunter
  • Genre dominant : Fantasy / Fantastique
  • Livre en anglais : 9

Classement

  1. La Maison dans Laquelle – Mariam Petrosyan 💜
  2. Six of Crows Tome 1 et 2 – Leigh Bardugo 💜
  3. They Both Die at the End – Adam Silvera 💜
  4. Thomas Ward l’Epouvanteur – Joseph Delaney
  5. Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Univers – Benjamin Alire Saenz
  6. Zoomancie – Adrien Tomas
  7. La Jeune Fille et la Nuit – Guillaume Musso
  8. La résurrection de l’Epouvanteur – Joseph Delaney
  9. Le Meurtre du Commandeur Tome 1 – Haruki Murakami
  10. Le Meurtre du Commandeur Tome 2 – Haruki Murakami
  11. Au revoir là-haut – Pierre Lemaitre et Christian De Metter
  12. Red White and Royal Blue – Casey McQuiston
  13. The Seven Husbands of Evelyn Hugo – Taylor Jenkins Reid
  14. Rock and Riot – Chelsey Furedy
  15. Amours Solitaires – Morgan Ortin
  16. Close to Home – Cara Hunter

Relectures

  1. Le Soleil est pour Toi – Jandy Nelson 💜
  2. Harry Potter and the Half Blood Prince – JK Rowling 💜
  3. Harry Potter and The Order of the Phoenix – JK Rowling 💜
  4. Harry Potter and the Deathly Hallows – JK Rowling 💜

Non Finis

La Marelle – Samantha Bailly

Je ne terminerais pas ce livre parce que je n’avais pas d’intérêt pour l’histoire que j’ai trouvé assez clichée. Ce n’est pas un mauvais livre, l’écriture était agréable à lire, mais ça n’a pas piqué suffisamment mon intérêt pour que j’ai envie de continuer.

Les Misérables – Victor Hugo

C’est un très long livre. J’en ai lu le début et je souhaite le continuer mais petit à petit pour ne pas me lasser.

Le Nom du Vent – Patrick Rothfuss

C’est ma lecture de fin d’année donc je la terminerais en Janvier 2020. J’aime beaucoup pour l’instant.

Des livres et des musiques (été 2019)

Plutôt que de faire une simple playlist pour présenter les musiques que j’ai écouté cet été, l’idée est d’associer des musiques que j’écoute à des livres qui m’ont plu. Soit parce que les paroles correspondent à l’histoire du roman soit parce que les ambiances sont similaires selon mes goûts. J’ai donc fait une sélection de trois livres et il suffit de cliquer sur le titre des musiques pour pouvoir les écouter.

La maison dans laquelle (lu en janvier 2019)

*Forever free de San Holo

Les seules paroles de cette musique sont « forever free », chanté d’une manière assez insouciante. Puis à un moment, la musique ralentit et une voix féminine chante « It’s okay, we don’t have to fix it now ». Je trouve que ça résonne avec l’état d’esprit des personnages qui vivent dans la maison. Ils agissent sans conséquence, comme si rien ne les atteignait. Et pourtant ils vivent tous avec un immense mal-être en eux auquel ils ne peuvent pas échapper et qui est omniprésent tout le long du roman.

Le soleil est pour toi (relu en août 2019)

*Easy d’Alison Wonderland

Easy évoque une fille perdue qui n’arrive pas à s’adapter au monde dans lequel elle vit. Une phrase de la chanson traduit particulièrement bien l’ambiance du livre : « Can I paint a picture of the world that I see instead ». Dans le soleil est pour toi, Noah et Jude ont une passion commune pour l’art et cette passion est indispensable a leur survie dans le monde. Noah, en écho à la musique, possède un musée à l’intérieur de sa tête où il peint le monde tel qu’il le voit, qu’il le traduit. « Viens pour moi le moment de me réfugier dans mon abri secret, à l’intérieur de moi, et d’en refermer la porte. Car je n’ai pas l’intention d’en ressortir. Plus jamais. (AUTOPORTRAIT : sans titre) »

They both die at the end (lu en septembre 2019)

*Light de San Holo

« Even if it makes me blind, I just wanna see the light ». Dans they both die at the end, Rufus et Mateo vivent leur dernier jour a fond, même si chaque décision pourrait les tuer.

*Marcher loin de Igit

Une autre chanson qui correspond selon moi a la personnalité des héros est Marcher loin de Igit et particulièrement ces paroles : « Le temps est une farce, et cette farce nous appartient ».