The Night Circus

  • Author : Erin Morgenstern
  • Pages : 490
  • Genre : Historical Urban Fantasy
  • Translated as « Le Cirque des Rêves »

Summary :

“The circus arrives without warning. No announcements precede it. It is simply there, when yesterday it was not.”

The Circus was created as a part of a challenge. Since they were young, Celia and Marco are opponents in a magic contest and their goal is to defeat the other one by creating the most incredible illusions, tricks and shows. The Circus is a part of the challenge but it also is a part of a forbidden love story.

My Opinion :

The plot

The Night Circus is not a plot nor a character driven story. There are some elements that contribute to the challenge, some twists that make the story goes forward, some characters that we like to follow but this is mainly a book about feels. We follow the begining of the challenge then the creation of Le Cirque des Rêves and the people involved then the life of the Circus and the travels. This story is about all of the elements that make the Circus whimsical and unique and magical, all the diffent tents and shows and show workers. This is also about the magnetism that the circus provokes on the visitors and their urge to come back every nights until the circus disappears.

While it was a unique experience to read this book, the little of plot that happens left me kind of indifferent. Actually, the parts I liked the most was the descriptions of the Circus itself and all the magical elements within it. I can understand why so many people loved it but it was not unforgettable for me. I really enjoyed it while reading it but as soon as I closed the book, I had the feeling that the story was not going to stick with me for long.

The characters

The fact that the story takes place in the 19th/20th century made me discover different kind of characters and I liked that. Their cloths, their environment and their language contributed to fully immerse myself in the story. But while I enjoyed following the different characters, Celia, Marco, Isobel, Bailey, the twins, etc… I was not strongly attached to any of them. We follow a lot of different people and maybe this is why I felt like they were all a little underdevelopped. As I said earlier, the Night Circus is not really a character driven story and this is the main element that disappointed me during my reading. I need to feel a connection with the characters to fully enjoy a story and because I did not have strong feelings about any of them, except maybe Bailey that I really liked, I kind of forgot about them instantly.

The writing style

The strength of the book is the writing style for sure. The descriptions, the immersion, the way the sentences are built, made me love the story instantly and continue reading when my interest lowered. Erin Morgenstern has a unique way to describe her universe and every glimpse of the circus we get impressed me. She has an incredible imagination and you can’t stay indifferent to the world she created in her book.

“We lead strange lives, chasing our dreams around from place to place.”

Sum up and Rating :

Positive :

  • The writing style
  • The imagination of the world

Negative :

  • The lack of character development
  • The rush in the end which left me a little confused

As I loved The Starless Sea by the same author so much, I had very high expectations for this book and I ended up a little bit disappointed. I loved the atmosphere and the circus itself but the characters and the challenge left me indifferent. For these reasons, I give this book a 17/20. I recommand it for sure to the people who like beautiful writing style and one of a kind story with a unique atmosphere.

The Starless Sea

« A boy at the beginning of a story has no way of knowing that the story has begun. »

  • Author : Erin Morgenstern
  • Pages : 500
  • Genre : Fantastique / Urban Fantasy
  • Translation coming on October 1st 2020

Summary :

When he was young, Zachary Ezra Rawlins found a door, painted on a wall behind his house. He never tried to open it. Now in college, 25 years old Zachary finds a book at the library. It is a collection of stories, more like fairy tales, about a place called The Starless Sea. One of them is about The son of the fortune teller, who found a painted door on a wall and never opened it. He never opened it because he did not know it was the beggining of his story. But it is never to late to enter it.

My Opinion :

The plot

We follow Zachary in his journey through a story he does not fully understand. There is not much happening but more questionning, assimilating and figuring what is happening to him. He is dragged into something he never imagined could be real, without really wanting it in the first place. He discovers he is a part of a bigger story whether he want it or not. So we follow him and the characters he meet, discovering, getting lost, figuring who they are and what is their part in this bigger confusing story.

The singularity of this novel and what made me fall in love with it right away is the chapters alternation between chapters following the main character and other chapters narrating bits of the books Zachary discovers throughout his journey. These bits read like fairy tales, they are beautifully written and enchanting. They really contribute to the story and sometimes I was more interested in these chapters than in the « main ones ». The purpose of this narration is to give keys to unravel the story Zachary is struggling to understand and we soon discover throughout the book that all of these bits of stories are connected to one another. When I was putting down the starless sea to do something else, several times my mind stayed in the story and was trying to put the pieces of what I read together, making theories about connections, which character is which in reality… And at the second I finished it, I wanted to start it all over again because that is how amazing it was.

The characters

Zachary Ezra Rawlins is a character I loved reading about. He is this 25 years old gay guy, a little bit lost in life, struggling to make friends and spending all his free time at the university library. As a son of a fortune teller, he is very down-to-earth. Actually, what I really liked about him is that he never fully believes in this magical world he discovers, which is something I never saw in a book before.

« Zachary Ezra Rawlins stares into a wardrobe that contains only a great deal of sweaters and linen shirts and trousers and questions his sanity again. »

There is actually one of my favourite thing to read in this book : the character who discovered magic is real is suddenly dragged into reality and every element is made to make him believe none of what he lived before is real and he imagined everything. Quite often, his mental health is something he struggled with in the past so he has a real reason to question his lucidity.

I liked the other characters even if they were not as developped as Zachary. The relationships felt a bit rushed but because the book reads like a fairy tale, it is not annoying. What I mean by that is that we know what happens to the characters is meant to happen anyway, so in a sense, a « love at first sight » is believable in these circumstances.

The writing

The writing style is what made me fall in love with the story at the first sentence. Erin Morgenstern knows how to use words to make you feel the power of her story. She created a full lenght novel that feels like a million fairy tales at a time, inspired by Harry Potter, Narnia, Alice’s Adventures in Wonderland and litterature in general. When I was reading, I wrote this sentence that reflects perfectly what the story is about : « One story becomes many and yet, the many is actually one ». The author created a one of a kind story with a level of intrication I did not believe was possible.

Erin Morgenstern is especially talented to transliterate the feelings of confusion, fever and dreams. The harbors described in the novel are mazes full of books and hidden doors that lead to other places and even other timelines. And as I was reading, I was telling myself that reading this book was like being in an actual labyrinthine : every page leads you to something else and instead of unravelling the story, it confuses it even more. Even the ending leaves you with questions and confusion and theories about what this book was actually about. This is something I adored and that is why this novel especially leaves its mark on me.

Sum Up and Rating :

Positive :

  • The one of a kind writing
  • The complexity of the story (stories)
  • The originality of the characters

Negative :

  • The exact same ones if you are not into those kind of weird stories
  • The open ending

You may have understand it by now but the Starless Sea is one of my new favourite book of all time and my favourite book of the year so far. The story, the writing style, the characters, everything in this novel spoke to me in a particular way. I obviously give this book a 20/20 and highly recommand it to anyone sensible to this kind of weird and confusing urban fantasy with extra flowery writing style.

Les Nuits de Reykjavik

Résumé

Le corps d’un sans-abris est retrouvé dans une rivière à Reykjavik. L’affaire se conclue très vite : l’homme, connu pour être alcoolique, s’est accidentellement noyé. Pourtant, un an plus tard, le policier de nuit Erlandur reprend l’enquête et réalise que cette histoire cache bien plus qu’une simple histoire de noyade.

Avis

Intrigue

L’histoire se concentre principalement sur le métier du personnage principal Erlandur. Il patrouille dans la brigade de nuit de la police locale. Sur son temps libre, il reprend l’enquête qu’il pense avoir été trop vite bouclée un an plus tôt. J’ai eu plusieurs problèmes avec cette intrigue et c’est ce qui a fait que je n’ai pas particulièrement aimé ce roman. Premièrement, le quotidien d’Erlandur n’est pas passionnant à suivre et très répétitif. Il patrouille, arrête des conducteurs en état d’ivresse chaque soir, se rend à certains domiciles pour tapage nocturne et c’est à peu près tout. Quelques interventions sortent du lot, notamment celle d’un homme pris sur le fait en train de frapper sa femme si violemment que les voisins ont appelé la police. J’ai été désagréablement surprise de l’indifférence de tous les policiers lorsque l’homme est relâché sans punition parce que sa femme, envoyée à l’hôpital, n’était finalement pas en danger de mort.

Ensuite, l’enquête en elle-même sur la mort du sans-abris ne m’a pas non plus passionnée. J’ai pris en note lors de ma lecture : « La mort d’un homme il y a un an, inconnu du lecteur, sans aucun vrai contexte ni raison pour reprendre l’enquête, ne suffit pas à créer une intrigue ou du moins un intérêt chez le lecteur, surtout quand l’écriture à côté n’a rien d’exceptionnel ou de captivant. ». En effet, à plus de 100 pages dans le roman sur 350, il ne se passait pas grand chose qui me faisait porter un intérêt à l’histoire. C’était une succession d’évènements sans beaucoup de lien, quelques moments d’une enquête maladroite et aucun élément pour s’attacher à Erlandur. Et malheureusement, ma déception ne s’est pas arrêtée aux premières pages mais a persisté tout du long, si bien que le dénouement ne m’a fait ni chaud ni froid et m’a même un peu déçu car il était finalement très basique.

Ecriture

L’écriture n’a pas aidé à me faire apprécier le roman. On se retrouve face à une plume très factuelle, typique des romans policiers où l’on suit un personnage récurant. Les évènements se succèdent, on n’en apprend très peu sur les personnages, tout s’enchaine sans grand attachement à quoi que ce soit. Si l’intrigue avait attisé ma curiosité ça ne m’aurait pas dérangé mais comme je l’ai expliqué, ça n’a pas été le cas. Ce qui m’a particulièrement dérangé en revanche, ce sont les répétitions. Erlandur apprend quelque chose d’un personnage puis, à chaque nouvelle interaction avec quelqu’un impliqué dans l’histoire, le policier va répéter tout ce qu’il sait déjà. On se retrouve ainsi dans une intrigue policière qui avance peu et qui en plus, devient très redondante. J’ai également noté que les dialogues n’étaient pas très naturels et les réactions peu réalistes. Enfin, un élément m’a dérangé tout le long du roman, le fait que le seul mot utilisé pour désigner Hannibal, le sans-abris décédé, était « clochard ». Je trouve ça peu subtil voire méprisant de la part des personnages mais surtout d’Erlandur qui prétend le respecter et qui veut lui offrir justice en élucidant sa mort.

Personnages

Je n’ai pas grand chose à dire des personnages car au final, on n’en suit qu’un seul, Erlandur, et on n’apprend pas grand chose de lui. Tout ce qu’on sait de lui à la fin, c’est qu’il a plus ou moins une petite amie qu’on ne rencontre qu’une fois, qu’il se passionne pour les livres à propos de survivants en milieux extrêmes et son amour pour le poisson bouilli. C’est un peu grossi mais c’est globalement l’impression que j’ai eu en lisant ce roman. Les personnages secondaires ne servent qu’à faire avancer l’intrigue ou a introduire des suspects mais ils ne sont pas développés non plus. Aucun ne reste en mémoire une fois le livre refermé.

Bilan et note

Points positifs :

  • Ça se lit relativement vite
  • Ça fait un peu découvrir l’Islande, raison principale pour laquelle j’ai décidé de lire ce livre

Points négatifs :

  • L’intrigue n’est pas particulièrement innovante ni intéressante
  • L’écriture est très plate voire maladroite par moment
  • Les personnes n’ont pas ou très peu de développement
  • L’un des thèmes principaux abordés dans ce roman est la maltraitance conjugale et je l’ai trouvé assez mal traité, avec trop de détachement, comme si ce n’était pas un sujet important

En résumé je n’ai pas aimé ce livre, je me suis ennuyée tout du long et la révélation à la fin ne m’a pas satisfaite. Pour cette raison, je mets un 8/20 à ce roman policier. Je commence à réaliser que les romans où un policier est le personnage principal n’est pas fait pour moi car aucun de ceux que j’ai lu récemment ne m’a marqué ou particulièrement plu. C’est peut-être ça le problème car les revus que j’ai pu lire étaient globalement positives.

Le Prieuré de l’Oranger

  • Auteure : Samantha Shannon
  • Pages : 958
  • Genre : Fantasy Adulte

Résumé :

Au reinaume d’Inys, la lignée Berethnet règne sur l’Ouest de mère en fille depuis 1000 ans. La survie de cette lignée, dit-on, est la seule chose qui empêche le Sans-Nom, un dragon de feu, de se réveiller et reprendre son règne de chaos. Pourtant, les serviteurs de ce monstre commencent à se manifester. Des menaces de plus en plus nombreuses pèsent sur la reine Sabran IX, remettant en doute la légitimité de son pouvoir.

Ead a quitté le prieuré de l’Oranger afin de protéger cette reine, malgré la divergence de leurs religions et malgré le fait que faire usage de sa magie pourrait la condamner à mort.

A l’Est, Tané est sur le point d’intégrer la dynastie des dragonniers et de faire la rencontre des dragons d’eau. Mais sa rencontre avec un étranger arrivé illégalement sur les côtes de la Seiiki pourrait bien l’empêcher de réaliser son rêve.

Avis :

L’intrigue

L’intrigue se base principalement sur les divergences religieuses entre l’Est et l’Ouest ainsi que sur la peur du Mal Rouge, présent uniquement à l’Ouest. Le point de départ de l’histoire est d’ailleurs l’arrivée d’un Ouestrien à l’Est et le risque que celui-ci soit infecté par cette maladie draconique.

On suit une multitude de personnages des deux côtés de la carte, ayant chacun leur propre histoire, qui finissent par s’entremêler. A l’Ouest, à Alscalon, l’histoire se base principalement sur la vie de cour de la Reine, son refus de se marier et d’engendrer sa descendance. On suit également Ead et sa volonté de se rapprocher de la reine pour la protéger de la menace de mort qui pèse sur elle, tout en dissimulant ses pouvoirs de mage.

En Seiiki, l’intrigue tourne autour de la volonté de Tané de devenir dragonnière et d’ainsi combattre aux côtés des dragons. L’arrivée d’un Ouestrien met pourtant en péril son rêve d’une vie, lorsqu’elle décide de ne pas le déclarer aux autorités en le trouvant sur la côte. Cette seule décision va la précipiter dans une quête qu’elle n’aurait pas soupçonnée.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est la complexité de chaque arc narratif. Au début, on apprend à découvrir les différents personnages, à comprendre leurs enjeux et leurs motivations. Puis, petit à petit, la véritable intrigue commence et l’action ne s’arrête plus jusqu’à la fin. Le rythme est soutenu, l’histoire passionnante à suivre et le monde intrigant. J’ai apprécié le fait que la religion soit un point majeur de l’histoire et qu’elle prenne une part très concrète dans le déroulement de certains événements.

L’écriture

Lorsque je me suis plongée dans ce livre de presque 1000 pages, j’ai eu peur de m’ennuyer à certains moments ou de me trouver face à des descriptions de l’univers à n’en plus finir. Pourtant, l’écriture de Samantha Shannon m’a tout de suite plongée dans l’histoire, et malgré le début plutôt lent qui sert à poser les bases du monde que l’on découvre, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. J’ai tout de suite aimé suivre les différents personnages et les clés de compréhension de l’univers sont donnés au fur et à mesure, ce qui ne rend pas le récit lourd d’informations. Au début, on ne comprend pas tous les éléments donnés et certains mots de vocabulaire mais l’incompréhension se dissipe peu à peu. La plume est très addictive et je me suis retrouvée au milieu du roman à ne plus vouloir m’arrêter car chaque chapitre me donnait envie de lire la suite et l’action et les retournements de situations ne s’arrêtaient plus. Si bien que je n’ai pas vu les 950 pages passer.

Les descriptions sont très visuelles ce qui m’a permis d’imaginer le monde de manière très concrète et me donnait envie d’en découvrir toujours plus. On a beau se retrouver face à de nombreux lieux, avec des coutumes, des styles, des architectures différentes, je ne me suis pas retrouvée perdue au milieu. Chaque ville à ses particularités. Les personnages ont des traits physiques spécifiques à l’endroit dont ils sont originaires. On peut d’ailleurs faire des analogies avec le monde réel, par rapport aux traits physiques, aux consonances des noms choisis ainsi qu’aux climats décrits.

Les personnages

Ead Duran est une femme déterminée et dévouée à ses racines. Se retrouver dans une cour où elle ne partage aucune croyance ni coutume la force à jouer la comédie en permanence. Les personnes vivant à la cour ne manque d’ailleurs pas de lui rappeler qu’elle est une hérétique. C’est sa dévotion à la mission donnée par le prieuré qui dicte ses faits et gestes, quand bien même ça pourrait la mettre en danger sur ce territoire qui n’est pas le sien. C’est à travers ses yeux qu’on apprend à connaitre la reine Sabran XI, qui a une part très importante de l’histoire mais dont on n’a jamais le point de vue. Ce personnage étant d’un naturel très froid et réservé, le fait de ne pas avoir son point de vue renforce le mystère planant sur elle, ses motivations, ses émotions.

Niclays Roos est un médecin exilé qui a connu l’Ouest mais qui est forcé de vivre à l’Est. Il prend une part importante de l’histoire quand Tané va l’obliger à héberger l’inconnu débarqué de l’Ouest. Il s’agit d’un personnage complexe à la fois attachant et détestable qui n’a qu’une motivation depuis toujours, finir le travail que son amour de jeunesse a commencé.

Tané m’a semblé, au départ, peu impliquée dans l’histoire globale du roman. Elle suit son rêve de rencontrer les dragons d’eau et agis uniquement en fonction de ça. Mais un élément va tout changer et ses motivations également. C’est une femme de valeur qui se dévoue totalement aux personnes qui l’entoure. C’est un personnage que j’ai vraiment appris à aimer suivre au fur et à mesure de son évolution.

Les personnages secondaires sont extrêmement nombreux mais suffisamment développés pour qu’on se souvienne d’eux. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’un équipage de pirate prenne une part importante de l’histoire et donc qu’une partie de l’intrigue se passe en mer. J’ai également aimé le fait que l’on voyage beaucoup d’un pays à l’autre et donc qu’on ai une vue d’ensemble des problématiques et des enjeux de chacun. Globalement, tous les personnages sont bien écrits et mémorables, ce qui n’est pas évident lorsqu’on apprend à en connaitre une quinzaine.

Récapitulatif et note

Points forts

  • L’immersion
  • Les personnages très développés et singuliers
  • La complexité de l’intrigue

Points faibles

  • La complexité de l’intrigue et du monde peut être un frein pour certains car il faut au moins 150 pages pour comprendre à peu près où l’histoire va et dans quel monde on se trouve. Il faut aimer les longues expositions.

Le prieuré de l’oranger est un roman que j’ai apprécié de A à Z. De l’intrigue aux personnages en passant par l’univers décrit, c’est un coup de cœur et probablement le roman qui se hissera sur la première place de mes meilleures lectures de l’année 2020. Je lui mets la note de 20/20 et le recommande aux personnes qui aime la fantasy très développée mais également à ceux qui aimerait découvrir le genre car il vaut le détour. Ne vous laissez pas décourager par sa taille car une fois plongé dedans, vous ne verrez pas les pages défiler.

Le soleil est pour toi

  • Auteur : Jandy Nelson
  • Pages : 480
  • Genre : Contemporain jeune adulte

Résumé :

Lorsqu’ils ont 13 ans, Jude et Noah sont deux jumeaux très fusionnels. Ils sont tous les deux passionnés d’art, Noah de dessin, Jude de sculpture et de couture. Mais lorsqu’on les découvre trois ans plus tard, tout a changé. Noah et Jude ne sont plus les mêmes et ils ne se parlent plus. Peut-être à cause de l’arrivée de ce nouveau garçon en ville, Brian ou peut-être à cause de leur envie commune de rejoindre l’école d’art renommée à côté de chez eux.

Mon avis:

L’intrigue

L’intrigue est basée sur la découverte de la cause de ce froid entre Noah et Jude. Les points de vue sont alternés entre Noah à 13 ans, lorsqu’il rencontre Brian et qu’il tombe fou amoureux et Jude à 16 ans, qui est persuadée que les fantômes de son passé saccagent sa vie présente, et les sculptures qu’elle réalise à l’école d’art.

Mais ce roman est tellement plus que ça. On y parle d’à quel point les secrets peuvent détruire, même s’ils existent à la base pour protéger. De ce que la jalousie est prête à nous faire faire. De ce que l’on peut faire par amour, lorsque celui-ci dépasse l’entendement. Le soleil est pour toi est un roman unique qui parle d’amours avec un S. D’amour familial, d’amour passionnel, d’amour destructeur, d’amour sans limite.

L’écriture

L’écriture est tout simplement incroyable. Jandy Nelson a travaillé dans les moindres détails chaque tournure de phrase pour que chaque mot soit impactant et brûlant d’émotion. Ce sont les figures de style, les hyperboles, les métaphores qui font de ce roman un chef d’œuvre. Il n’y a pas de description anodine des sentiments des personnages parce qu’ils ne ressentent pas de manière modérée. Chaque sentiment est vécu comme une explosion, ce qui donne lieu à des tournures de phrases aussi évocatrices que magnifiques.

Lorsqu’on parle d’amour :

« Ma cécité ne dure qu’une seconde, après quoi les couleurs me bombardent – non par les yeux mais par la peau, remplaçant mon sang et mes os, mes muscles et mes ligaments, jusqu’à ce que tout devienne rougeorangebleuvertvioletjaunerougeorangebleuvertvioletjaune. »

« Ce qui s’est passé entre nous a colonisé jusqu’à la dernière cellule de mon cerveau. J’arrive à peine à nouer mes lacets. J’avais oublié comment on marchait, ce matin. »

« Je me sens comme un tsunami dans un gobelet en carton. »

Lorsqu’on parle de solitude et de regrets :

« Viens pour moi le moment de me réfugier dans mon abri secret, à l’intérieur de moi, et d’en refermer la porte. Car je n’ai pas l’intention d’en ressortir. Plus jamais. (AUTOPORTRAIT : sans titre) »

« Les histoires d’amour ne sont pas écrites pour les filles capables de faire ce que je venais de faire à mon frère, les filles au cœur noir. »

De la même manière, il n’y a pas de description anodine des personnages du roman non-plus. Ces descriptions ne sont pas faites d’un point de vue objectif. Le personnage qui décrit la personne en face de lui fait la description de son point de vue, avec ce qu’il ressent et ce qu’il vit sur le moment, ce qui donne lieu à des individus unique. Le lecteur doit traduire et fait travailler son imagination pour déchiffrer qui il a en face de lui.

« Dieu, il était super bourré quand il l’a créé. Un petit coup par-ci. Un petit coup par-là. Un œil marron. Un œil vert. Nez tordu, bouche tordue. Sourire de psychopathe. Dent cassée. Cicatrice ici, cicatrice là. Un puzzle. »

« Mais là encore, il ne réagit pas comme je m’y attendais. Il m’adresse le sourire le plus sincère que j’ai jamais vu chez lui, un sourire qui part de ses yeux et semble ne s’achever nulle part sur son visage. »

Les personnages

L’un des nombreux points qui font de livre l’un de mes préférés est la singularité des personnages et le travail que l’auteure a fait sur chacun d’eux.

A 13 ans, Noah est ce jeune adolescent en marge de sa ville. Il a peur de nager, dans une ville au bord de la mer où tout le monde fait du surf. Il aime peindre, refaire le monde, communiquer par télépathie avec sa sœur. Et puis il aime pour la première fois. Brian, son nouveau voisin qui lui fait perdre la tête, qui est comme lui, différent. Et a 16 ans, Noah est devenu son pire cauchemar. Il est devenu normal. Il a des amis, il va en soirée, il saute de la falaise de la mort, cette falaise qui donne sur la mer. Petit à petit, au cours de l’histoire, on démêle ce qui est arrivé et pourquoi il est devenu comme ça.

C’est lorsqu’il a 13 ans qu’on suit l’histoire du point de vue de Noah et qu’on apprend à connaitre comment il fonctionne. On y découvre qu’il possède ce musée invisible, qu’il garde secret au fond de sa tête et qu’il complète de peintures mentales qui montrent le monde tel qu’il le voit. Le suivre à travers sa quête identitaire, ses peurs, ses déceptions mais aussi ses joies et sa vie de tous les jours est un ascenseur émotionnel mais c’est aussi magnifique et terriblement immersif.

« Je t’aime », lui dis-je, mais il n’en sort que : « Salut. »

« A la folie », me répond-il, sauf qu’il n’en sort que : « Hé, bonsoir. » 

A 13 ans, Jude est pleine de vie, passionnée de surf, passionnée de sculpture et de mode, impatiente de grandir, un peu trop impatiente. A 16 ans, lorsqu’on est de son point de vue, Jude est transformée. Elle n’a plus d’amis. Elle s’est créé un boycott anti-garçons à base de tenues amples et de casquettes. Elle ne vit qu’à travers la bible de sa grand-mère décédée qui recèle de dictons et de conseils de vie loufoques. Elle est également persuadée qu’un fantôme sabote volontairement sa vie. Là encore, le cheminement de l’histoire nous amène jusqu’à l’élément déclencheur de ce changement brutal.

Alors qu’elle est menacée de devoir quitter son école d’art, Jude se voit lancée sur la trajectoire d’un sculpteur étrange et brisé par la vie. Elle rencontre par la même occasion Oscar, un jeune homme qui est persuadé qu’elle est la fille de sa prophétie. Vivre dans la tête de Jude est aussi drôle que mélancolique et une fois de plus, on ressent toutes les émotions qu’elle traverse comme si on y était. Sa culpabilité sans limite, sa phobie du monde qui l’entoure, sa lutte contre ses sentiments et contre qui elle est.

« Au cas où vous vous poseriez la question : non, les trèfles à quatre feuilles trafiqués à la colle, ça ne marche pas. »

« « Écris tes péchés sur des pommes encore accrochées aux branches ; quand elles tomberont, ta culpabilité et tes remords s’effaceront. » (Nous n’avons pas de pommiers à Lost Cove. J’ai essayé avec un prunier, un abricotier et un avocatier. Mes remords sont toujours là.) »

Il n’y a pas un personnage que j’ai préféré suivre. Ils étaient tous les deux incroyables et complexes et la répartition de parole entre les deux est brillamment faite. Ce serait trop long de développer les qualités des personnages secondaires mais ils sont tout aussi attachants et singuliers.

Note :

Je mets à ce livre un 20/20 sans la moindre hésitation. Je ne pense pas qu’il plaira à tout le monde mais si vous avez été touché par les citations que j’ai choisi d’intégrer alors il y a de fortes chances pour que ce livre soit un coup de cœur pour vous aussi. Et si vous avez lu des livres similaires à celui-ci, partagez-les-moi.

Des livres et des musiques (été 2019)

Plutôt que de faire une simple playlist pour présenter les musiques que j’ai écouté cet été, l’idée est d’associer des musiques que j’écoute à des livres qui m’ont plu. Soit parce que les paroles correspondent à l’histoire du roman soit parce que les ambiances sont similaires selon mes goûts. J’ai donc fait une sélection de trois livres et il suffit de cliquer sur le titre des musiques pour pouvoir les écouter.

La maison dans laquelle (lu en janvier 2019)

*Forever free de San Holo

Les seules paroles de cette musique sont « forever free », chanté d’une manière assez insouciante. Puis à un moment, la musique ralentit et une voix féminine chante « It’s okay, we don’t have to fix it now ». Je trouve que ça résonne avec l’état d’esprit des personnages qui vivent dans la maison. Ils agissent sans conséquence, comme si rien ne les atteignait. Et pourtant ils vivent tous avec un immense mal-être en eux auquel ils ne peuvent pas échapper et qui est omniprésent tout le long du roman.

Le soleil est pour toi (relu en août 2019)

*Easy d’Alison Wonderland

Easy évoque une fille perdue qui n’arrive pas à s’adapter au monde dans lequel elle vit. Une phrase de la chanson traduit particulièrement bien l’ambiance du livre : « Can I paint a picture of the world that I see instead ». Dans le soleil est pour toi, Noah et Jude ont une passion commune pour l’art et cette passion est indispensable a leur survie dans le monde. Noah, en écho à la musique, possède un musée à l’intérieur de sa tête où il peint le monde tel qu’il le voit, qu’il le traduit. « Viens pour moi le moment de me réfugier dans mon abri secret, à l’intérieur de moi, et d’en refermer la porte. Car je n’ai pas l’intention d’en ressortir. Plus jamais. (AUTOPORTRAIT : sans titre) »

They both die at the end (lu en septembre 2019)

*Light de San Holo

« Even if it makes me blind, I just wanna see the light ». Dans they both die at the end, Rufus et Mateo vivent leur dernier jour a fond, même si chaque décision pourrait les tuer.

*Marcher loin de Igit

Une autre chanson qui correspond selon moi a la personnalité des héros est Marcher loin de Igit et particulièrement ces paroles : « Le temps est une farce, et cette farce nous appartient ».